Tapez et appuyez sur Entrée.

La bass music dans la culture hip-hop

Miniature - La fusion du rap et de la bass music - La bass music dans la culture hip-hop

Crédits d’image: Adobe Stock, Tha Trickaz par Raphaël Olivier, Django – Fantôme, Getter par Steven Pahel, Terror Reid par SLVYVLL, Manhattan Moongoose.

On se met dans l’ambiance

Avant de commencer à discuter, je trouvais sympa de vous préparer une petite playlist Spotify et Deezer pour se mettre directement dans l’ambiance pendant la lecture du dossier. La playlist est constituée des artistes et chansons cités dans l’article afin de ne pas polluer la page avec divers lecteurs audio entre chaque paragraphe.

Aussi, pour les non-connaisseurs, voici un mini-lexique de termes fréquemment utilisé souvent hérité de l’anglais:

  • Prod(s) : partie instrumentale d’un morceau de hip-hop
  • EDM : Acronyme signifiant Electronic Dance Music, regroupe toute une variété de genres de musique électronique
  • Beatmaker : compositeur de morceaux instrumentaux de hip-hop
  • Featuring : participation d’un artiste sur un titre ou l’album de quelqu’un d’autre

Les artistes bass music dans la culture hip-hop

L’idée ici n’est pas de faire une liste détaillée et fastidieuse mais de survoler quelques exemples que j’ai pu rencontrer ces dernières années.

Première étape, France

On commence avec le duo Français cité dans l’article précédent, Tha Trickaz. Présent depuis près de 10 ans sur la scène électronique internationale, spécifiquement dans la bass music, dubstep et trap. Fidèle depuis plusieurs années à OTODAYO Records dans le monde bass music, avec une signature électronique et des remixes officiels iconiques d’Apashe ou encore Chinese Man, c’est un duo avec une diversité culturelle impressionnante et forte.

Tha Trickaz
Tha Trickaz

Durant l’année 2020, ils ont également apporté une forte contribution à la scène rap Française, en réalisant des prods pour Gazo, Django, Kaaris, Freeze Corleone ou encore RAS. On apprend aussi sur leur compte Twitter que le duo a réalisé entièrement les masters du dernier album de Freeze Corleone, LMF (La Menace Fantôme).

Deuxième étape, États-Unis

On enchaîne directement avec l’artiste américain Getter, producteur de musique électronique et également rappeur. Remarqué début des années 2010 avec une ascension remarquable en enchaînant les labels prestigieux de l’époque tels que Firepower Records et Rottun Records (2012-14), Buygore Records – géré par l’artiste Borgore – (2014-15) et OWSLA – géré par l’artiste Skrillex – (2015-2016). C’est à partir de cette dernière coopération que la carrière de l’artiste explose et qu’il commence à se rapprocher du monde du rap.

Getter
Getter


En effet, c’est en 2015 et 2016 que l’on commence à le voir dans l’univers du rap américain de la nouvelle vague en tant que beatmaker avec des mentions un peu partout chez les artistes du moment. Il réalise en tant que beatmaker des prods pour les artistes:

  • Pouya: sur l’entièreté des prods de l’excellent album “UNDERGROUND UNDERDOG”;
  • $UICIDEBOY$: sur le classique “Memoirs of A Gorilla” mais également une collaboration en tant que producteur et beatmaker sur son EP “Wat The Frick” sur la chanson “2 High”;
  • RAMIREZ.: sur la chanson “Dont Test Me II”;
  • Don Krez: sur la chanson “FRONTLINE” en featuring avec Pouya et Issa Gold;
  • Young Yogi: sur les chansons “Slifer The Sky Dragon” en featuring avec Pouya et “No Love”;
  • DUMBFOUNDEAD: sur la chanson “Harambe”;
  • Eliozie (sur l’entièreté de l’EP “Loose Cannon”). 

Un vent de fraîcheur et d’innovation dans le monde du rap avec des prods exceptionnelles et dont la signature du producteur est plus que reconnaissable avec des lignes de basses agressives directement héritées de la bass music qui représente des centaines de millions de lectures sur les plateformes de streaming.

C’est en 2017 qu’il remercie les labels avec lesquels il a collaboré pour créer le sien, Shred Collective (entouré d’amis et artistes tels que MineSweepa, Ghostemane, Spock, Nick Colletti et d’autres).

En même temps, il lâche une bombe dans le monde du rap avec “Uppercuts”, un titre percutant et technique qui signe le début de son projet rap Terror Reid avec succès en tant qu’artiste inconnu et anonyme. Projet avec lequel il rappe sur des prods qu’il produit, publie et distribue tout seul.

Terror Reid
Terror Reid


On retiendra beaucoup de bonnes choses avec Terror Reid, comme l’excellent EP “Hot Vodka 1” sorti en mai 2020 avec appui de Pouya, Bobby Raps et Eliozie ou encore son titre “The Otha Side” surfant sur un vague de rap old-school avec une prod aux sonorités West Coast.

On termine avec un dernier artiste américain Midnight Tyrannosaurus, connu également depuis le début des années 2010 dans le monde du dubstep très agressif. Il annonce un projet de beatmaker hip-hop fin 2016 sous le nom de Manhattan Mongoose. (il manque malheureusement ses chansons dans la playlist Deezer, qui ne sont pas disponibles sur la plateforme). Comme expliqué par l’artiste dans sa bio, on sent que ce projet est vraiment dissocié du projet Midnight Tyrannosaurus :

Sometimes I make angry music as a bass slinging dinosaur known to some as Midnight Tyrannosaurus, and then sometimes I kick back and tap into my inner Mongoose.

Midnight Tyrannosaurus

En effet, aucun projet en commun avec des rappeurs n’a été fait avec le projet dubstep de l’artiste. Mais on sent que l’artiste s’éclate et se fait plaisir à produire des prods avec soit, des sonorités hip-hop des années 90 ou parfois plus électroniques et sombres.  Les prods sont assez qualitatives et on se régale ! On retiendra les deux excellentes mixtape “Tha Goose Diaries Vol.1” (novembre 2016) et “A Very Manhattan Mongoose Christmas” (décembre 2019) ainsi que son album “Stream Beats Vol 1” (octobre 2020).

Un dernier exemple est le producteur de musique électronique INF1N1TE. L’artiste s’est fait connaître en tant que DJ bass music il y a quelques années. À l’heure actuelle, il mélange les deux styles pour créer une signature unique créée entièrement de manière autodidacte. 

Comme vous vous en doutez, il y a encore d’autres exemples mais il faut en laisser pour la suite. On abordera ensuite, les collaborations de la culture hip-hop dans l’univers bass music. On se dit à très bientôt!

Vous arrivez en cours de route? Pas de soucis, retrouvez la première du partie ici:

On pose les bases

Crédits d’image: Adobe Stock, Tha Trickaz par Raphaël Olivier, Django – Fantôme, Getter par Steven Pahel, Terror Reid par SLVYVLL, Manhattan Moongoose.

Juste pour info

Nous n’avons pas la science infuse, tous les articles sont issus d’un avis personnel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *