Tapez et appuyez sur Entrée.

DANS réinvente les codes

Miniature - DANS réinvente les codes

Crédits d’image: Michael Dans.

Il y a peu de temps, je suis allée voir l’exposition When the water clouded overde Michael Dans au Musée de la Photographie de Charleroi. Ce dernier réinterprète au travers de ses clichés un thème que l’on a eu de cesse d’aborder au cours de l’histoire de l’Art. Je m’attendais à découvrir une énième jolie composition florale sans grand intérêt. Et pourtant, sa vision de la nature morte 2.0 a réussi le pari de nourrir mon intérêt.

Une mise en place intelligente

L’installation des œuvres se concentre dans une salle rectangulaire ou une ligne de cadres sont exposés les uns à côtés des autres. L’organisation judicieuse des œuvres dirige intelligemment le regard de cadre en cadre et parvient ainsi à capter l’attention du spectateur sur trois pans de mur jusqu’à la composition finale, plus importante, où d’autres réalisation sont installées en quadrillage, ce qui vous poussent à vous installer sur le banc en face de ces dernières pour permettre une paisible contemplation.

Composition, couleurs et notes de kitsch

Les photos de cet installateur/sculpteur belge rappellent la mise en valeur publicitaire. Tantôt des fonds unis, tantôt des tapisseries aux motifs kitchs, précèdent sur le premier plan un bouquet de fleurs sur le déclin dans des canettes de soda ou des pots de sauce tomate. Il utilise des objets populaires en guise de contenant et accompagne ces végétaux fanés d’objets tout aussi insolites tels que des cuisses de poulet crues de coquillages ou de conserves d’ananas et autres. Le tout empruntant les codes de la composition des natures mortes classiques…

Le travail de la couleur tire également son épingle du jeu pour capter notre attention : monochrome, travail du contraste de couleur ou de chaleur dans certains travaux et usage de couleurs pastel à d’autres.

Derrière l’image, le message 

Dans emprunte les codes icono-pop de la publicité par la composition de ces clichés. Pourtant, le message derrière ces natures mortes attrayantes bascule dans le discours propice aux vanités : utilisation de fleurs fanées, d’objets de consommation avec les dates de péremption visibles par le spectateur pousse la réflexion de ce dernier plus en profondeur pour aborder l’ininterrompu passage ravageur du temps.  Le banc dans la salle est alors idéal pour une réflexion intérieure. 

Pour aller plus loin.

Je suis sortie de cette exposition éprise de tout ce travail, des idées plein la tête et la furieuse envie d’en savoir plus sur l’artiste. Force de notre époque, je suis tombée sur son compte Instagram que je vous invite à suivre (@dans_michael). Aujourd’hui,  l’exposition a pris fin cependant ses nouveaux travaux autour de portraits de clowns alimentent mon intérêt une fois de plus.  Belle découverte.

Crédits d’image: Michael Dans.

Juste pour info

Nous n’avons pas la science infuse, tous les articles sont issus d’un avis personnel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *